deco
Projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013

Le débat sur le projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013 (PLFSS) a débuté ce mardi à l’Assemblée nationale. Premier budget de la nouvelle majorité, il conjugue la baisse des déficits des comptes publics, la mise en œuvre de réformes structurelles et la protection des Français.

deco
Accord sur la sécurisation de l'emploi

Les salariés mieux protégés, la stratégie anti-crise confortée, les partenaires sociaux respectés, la parole politique réhabilitée

deco
La 10e circonscription de Seine-et-Marne

Présentation

deco
Emeric BREHIER

Né le 26 décembre 1971, docteur en science politique.

deco
image presse

presse

Retraites : ne sacrifions pas l’équilibre !

Dès 2012, et conformément à l’engagement du président de la République, nous avons permis à celles et ceux ayant commencé à travailler tôt, et qui avaient consacré leur vie à travailler et à cotiser, de partir à la retraite à taux plein à 60 ans. En quatre ans, ce sont ainsi 650 000 personnes qui ont bénéficié de cette mesure.

Depuis, nous avons mis en œuvre différentes mesures qui ont permis, aujourd’hui, de pérenniser notre système de retraite, et ce sans reculer l’âge légal de départ. Le conseil d’orientation des retraites ne s’y est d’ailleurs pas trompé et a démontré que notre système de retraites est désormais à l’équilibre sur le long terme.

En 2014, la réforme des retraites, fruit d’une concertation entre tous les partenaires sociaux, a été adoptée. Au-delà de permettre à notre système de s’équilibrer à long terme, elle a permis de créer de nouveaux droits.

Pour les jeunes en alternance, apprentissage ou encore les étudiants contraints ou ayant choisi de travailler en parallèle de leurs études, un trimestre travaillé est désormais un trimestre validé. Les étudiants ont également une possibilité de rachat à un tarif préférentiel de quatre trimestres pendant une durée de dix ans après la fin de leurs études. Cette mesure s’applique également aux anciens apprentis et aux assistant(e)s maternel(le)s.

Pour les personnes occupant des emplois précaires ou à temps partiel, les conditions de validation des trimestres ont été assouplies. Le montant de cotisation pour valider un trimestre a été diminué de 25%.

Les congés maternités ou d’adoptions sont désormais reconnus et comptabilisés lors du départ à la retraite. Il s’agit d’une avancée majeure pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Enfin, la même année, le minimum vieillesse a connu une double revalorisation et l’aide à la complémentaire santé pour les retraités les plus modestes a augmenté.

Pierre angulaire du compte personnel d’activité entré en vigueur en ce début d’année, la réforme de 2014 a créé le compte pénibilité.

Celui-ci permet aux travailleurs d’accumuler plus rapidement leurs trimestres au regard de la pénibilité des postes occupés pendant leur carrière. Sa mise en place progressive est désormais pleine et entière, il concerne toutes les entreprises et vient s’ajouter à la possibilité de partir à la retraite entre 60 et 62 ans pour les carrières longues. Il s’agit d’une reconnaissance de la dureté du travail et des effets qu’il peut avoir sur la santé. Si l’espérance de vie continue de progresser dans notre pays, celle en bonne santé diffère grandement en fonction des catégories sociales. Le compte pénibilité permet de prendre en compte cette réalité.

 

Depuis 2012, nous avons consolidé notre système de retraite, rétabli son équilibre et créé de nouveaux droits pour protéger les plus fragiles.

La droite, elle, dans les propositions qu’elle formule pour le pays à l’occasion des échéances électorales à venir, propose simplement de repousser l'âge légal de départ en retraite. Position difficile à comprendre compte-tenu du fait que désormais elle ne peut plus brandir l’argument du déficit pour justifier cette régression, nos actions ayant restauré l’équilibre financier de notre système de retraite. Tandis qu’elle se drapait derrière une prétendue « bonne gestion » - dont nous avons malheureusement tous pu mesurer les effets entre 2002 et 2012 – force est de constater qu’elle défend en réalité une vision de la société privilégiant l’assurance privée plutôt que la solidarité.

Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres, c’est une position à assumer et un bilan à défendre.

 

delicious facebook twitter viadeo wikio

l'assemblée Me rejoindre
Newsletter


Les vidéos
Les photos