deco
Projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013

Le débat sur le projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013 (PLFSS) a débuté ce mardi à l’Assemblée nationale. Premier budget de la nouvelle majorité, il conjugue la baisse des déficits des comptes publics, la mise en œuvre de réformes structurelles et la protection des Français.

deco
Accord sur la sécurisation de l'emploi

Les salariés mieux protégés, la stratégie anti-crise confortée, les partenaires sociaux respectés, la parole politique réhabilitée

deco
La 10e circonscription de Seine-et-Marne

Présentation

deco
Emeric BREHIER

Né le 26 décembre 1971, docteur en science politique.

deco
image presse

presse

Redressement des comptes : loin des incantations, des résultats !

Je l’ai rappelé à de nombreuses reprises : lors de notre arrivée aux responsabilités en 2012, la situation budgétaire du pays était catastrophique. Dix années de gouvernements de droite dont cinq sous François Fillon et Nicolas Sarkozy avaient mis à terre nos finances publiques. La France était en faillite.

La priorité – non par dogmatisme mais bien afin de disposer des marges de manœuvres nécessaires pour mener une action politique, bref un véritable enjeu de souveraineté nationale – était donc de restaurer nos comptes publics.

Des mesures de redressement ont donc été mises en œuvre. Mais à la différence de certains de nos voisins, si chacune et chacun a été mis à contribution, les hausses d’impôts les plus lourdes ont été concentrées sur les ménages les plus aisés et des actions de protection du pouvoir d’achat des plus modestes ont été prises : augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, des bourses sur critères sociaux, création de la prime d’activité, de la garantie de versement des pensions alimentaires, généralisation du tiers-payant, hausse du RSA, généralisation de la garantie locative, prêt à taux zéro,…

Ces efforts ayant porté leurs fruits, nous avons pu depuis 2014 assouplir la politique budgétaire en engageant une baisse des impôts. Cette démarche continue depuis trois ans a d’ores et déjà bénéficié à 12 millions de ménages et se poursuit cette année avec une diminution dès le mois de janvier pour les contribuables mensualisés ou payant par tiers.

Aucune politique sociale n’a été sacrifiée comme cela a pu être le cas dans d’autres pays, les comptes de la sécurité sociale ont été ramenés à l’équilibre et nos priorités financées.                                                 

Les chiffres du déficit budgétaire pour 2016 confirment cette trajectoire et l’efficacité des mesures prises depuis 2012. Celui-ci est en recul de 1,5 milliard par rapport à 2015, et atteint ainsi son niveau le plus bas depuis 2008. À toutes celles et ceux, à droite comme à gauche, qui ne doutaient pas seulement mais disaient à qui voulait l’entendre que cet objectif ne serait jamais atteint, voilà un bien cruel démenti !

 

Au total, entre 2012 et 2016, le déficit de l’Etat a été ramené de 87,2 milliards à 69 milliards d’euros, soit une diminution de plus 18 milliards. Avec ce résultat, non seulement nos objectifs sont tenus mais également dépassés, il s’agit d’une économie supplémentaire de près de 1 milliard par rapport à la loi de finance votée. Lors de chaque examen de texte budgétaire et à chaque décision conduisant à améliorer le quotidien des français (hausse des salaires des fonctionnaires, des minima sociaux, d’exonération fiscales pour les retraités,…) la droite usait des mêmes ficelles invoquant des dépenses électorales et dont nous n’aurions pas les moyens.

Mais une fois encore, les faits sont là et ne mentent pas : depuis 2012, à périmètre constant, les dépenses auront baissé de 6,3 milliards d’euros, le déficit public aura été ramené en dessous des 3%, les comptes de la sécurité sociale auront été rééquilibrés et nos objectifs respectés.

 

Il faut toutefois reconnaître une certaine habileté aux partisans de François Fillon : les incantations ont l’utilité bien pratique de détourner l’attention d’un projet qui conjugue détérioration des comptes publics et reculs des droits pour les français quand nous avons redressé les finances et créé de nouveaux droits. Aux Françaises et Français de montrer qu’ils ne sont dupes de rien.

 

delicious facebook twitter viadeo wikio

l'assemblée Me rejoindre
Newsletter


Les vidéos
Les photos