deco
Projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013

Le débat sur le projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2013 (PLFSS) a débuté ce mardi à l’Assemblée nationale. Premier budget de la nouvelle majorité, il conjugue la baisse des déficits des comptes publics, la mise en œuvre de réformes structurelles et la protection des Français.

deco
Accord sur la sécurisation de l'emploi

Les salariés mieux protégés, la stratégie anti-crise confortée, les partenaires sociaux respectés, la parole politique réhabilitée

deco
La 10e circonscription de Seine-et-Marne

Présentation

deco
Emeric BREHIER

Né le 26 décembre 1971, docteur en science politique.

deco
image presse

presse

Le 23 avril 2017 : un séisme attendu. Le 7 mai 2017 : un engagement pour la République

Pas la peine de se voiler la face. Il était compliqué d’être socialiste au soir du 23 avril, quand les résultats de Benoît Hamon ont été connus : 6,36% au niveau national, 7.38% sur notre circonscription et 8.30% sur le canton de Champs sur Marne. Le parti socialiste essuyait ce soir-là une claque magistrale.


Les prochaines élections nationales au prisme des enjeux locaux

Alors que nous sommes littéralement "gavés" de sondages, nous fournissant des images floues du positionnement électoral de la population française et tandis que chacun y va de sa petite (ou de sa grande) interprétation, la politique locale suit son cours, parfois tortueux.


Réunion cantonale mardi 29 mars à Noisiel

Au-delà de nos échanges réguliers avec les habitants, les associations et les élus de notre canton, il nous semble important, à Vincent Eblé et moi-même, de revenir à l’occasion d’une réunion cantonale vers vous.


L’impossible normalisation du vote Le Pen : un combat collectif

En dépit de l’attrait dont semble bénéficier le Front national, des votes obtenus aux dernières élections et des intentions de vote, il n’est pas question pour nous, femmes et hommes politiques, républicains dans l’âme et dans les actes, d’accepter sans coup férir que ce mouvement accède au pouvoir.


Un logement décent : une priorité qui devrait être trans-partisane

A la dernière séance du conseil départemental, celui-ci a émis un avis concernant le projet de schéma régional de l’habitat et de l’hébergement. Nous, groupe socialiste, avons décidé de ne pas prendre part au vote pour une raison de forme mais aussi parce que nous sommes en désaccord avec la majorité sur plusieurs raisons de forme et de fond.


La sectorisation des collèges : la géographie scolaire au défi de la mixité sociale et de la continuité du travail pédagogique

La sectorisation est toujours un exercice compliqué pour les collectivités locales, en l’occurrence pour les communes celle des écoles maternelles et primaires, pour le département celle des collèges. Les collectivités territoriales doivent réaliser leur choix en fonction de plusieurs critères : la capacité d’accueil des bâtiments, la proximité géographique, l’accessibilité et si possible l’équilibre sociologique des quartiers, c’est-à-dire la mixité sociale. Rappelons que ce dernier facteur qui parfois est source d’incompréhension entre élus, Education nationale et parents constitue pourtant un enjeu fondamental de la réussite scolaire de tous les enfants. Comme le dit la ministre de l’Education Nationale la mixité permet de développer l’ouverture d’esprit, le respect de l’autre et la coopération pour préparer les générations futures à leur insertion professionnelle et à leur accomplissement personnel et ce, sans affecter les résultats des meilleurs élèves.


L’avenir de l’agglomération passe par des projets ambitieux et structurants !

Laissez-moi avant toute chose vous présenter mes meilleurs vœux pour 2017. Que celle-ci nous apporte sérénité et soit irriguée de générosité et de fraternité, même dans le débat politique. Qu’elle nous engage vers de nouveaux projets et implications.


Les trains qui arrivent à l’heure et le courage politique

En cette fin d’année, nous pourrions de nouveau mettre en avant les choix politiques et budgétaires, portés par l’exécutif départemental de droite, choix catastrophiques pour les familles, les associations sportives, d’insertion socio-professionnelle, d’éducation populaire, de prévention spécialisée (alors même que ce sont les opérateurs, c’est-à-dire ceux qui mettent en œuvre concrètement les compétences du département), la jeunesse, les collectivités… Mais nous aurons toute l’année 2017 pour le faire.


La prise en charge des mineurs non accompagnés

Depuis ce qu’on appelle maladroitement « la crise des migrants », le sort des mineurs non accompagnés (ou mineurs isolés) (MNA), en l’occurrence des jeunes étrangers de moins de 18 ans présents sur le territoire français sans représentant légal, est devenue une préoccupation majeure dont on a beaucoup parlé au moment du démantèlement de la jungle à Calais. De fait ils sont très vulnérables et on décompte en Europe des milliers de cas de disparition de jeunes migrants, certains ayant sans doute retrouvé leur famille, d’autres ayant pu tomber entre les mains de réseaux criminels (traite humaine).


Seine et Marne 2030 – L’avenir de notre département

Alors que la majorité départementale de droite dirige depuis plus d’un an les destinées départementales et qu’elle a, avant tout, pris soin de détricoter l’ensemble des politiques publiques qui avaient été mises en place (envers les familles, pour favoriser l’accueil des jeunes enfants, pour la jeunesse et les sports…), elle a été incapable d’afficher clairement ses visions et ambitions pour les Seine et Marnais en matière d’éducation, de transports, de solidarité, d’environnement.


Parce que les enfants « dys » ne doivent pas être disqualifiés !

Découvrir que son enfant est dyspraxique (troubles du geste, difficultés à dessiner, etc), dysphasique (difficulté à s’exprimer), dyslexique (trouble de l’écriture) n’est pas facile à admettre pour les parents… Mais cela permet de nommer des troubles qu’ils ont pu constater, de mettre en place un projet d’accompagnement pour aider l’enfant dans ses différents apprentissages avec les professionnels de la santé, de l’éducation nationale, etc. et de lutter contre la discrimination dont les enfants « dys » peuvent souffrir. Le quotidien scolaire peut en effet vite devenir une épreuve pour eux et entrainer un échec scolaire si des dispositifs appropriés ne sont pas implémentés.


Le sport : un engagement à tous les niveaux

Mercredi 19 octobre, nous, conseillers départementaux, remettions aux sportifs du département qui avaient été sélectionnés pour participer aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio 2016 une médaille du département ainsi qu’une aide financière. Un moment d’échange avec des athlètes de haut niveau tels qu’Enzo Lefort, médaillé d’argent par équipe au fleuret ou Roger-Yves Bost et Philippe Rozier, Champions Olympiques par équipe au saut d’obstacles. Ces sportifs, s’ils suscitent souvent notre admiration et sont de véritables incitateurs à la pratique sportive de tous, doivent (parfois difficilement) jongler avec leur scolarité ou vie professionnelle et leur pratique sportive intensive, extrêmement exigeante.


L’environnement ce n’est pas du vent ; c’est une nécessité économique !

L’environnement et sa protection peuvent constituer une base féconde et rentable de développement de nombreuses filières d’activité, que ce soit au niveau local ou national, et améliorer le bien-être de tous, quand l’objectif de l’efficacité écologique résonne avec le principe de justice : favoriser le développement des énergies renouvelables et lutter contre la précarité énergétique. Préserver la biodiversité et permettre son accès à tous sans discrimination. Contribuer à la diminution de la pollution aux particules fines et offrir à chacun de se déplacer vers son lieu de travail dans des conditions décentes.


La sécurité civile. Etat, collectivités et citoyens : un engagement de tous

Depuis la déclaration de l’état d’urgence en novembre 2015, nous, citoyens, avons pris l’habitude d’ouvrir nos sacs lors des manifestations, à l’entrée de nombreux lieux publics… Les collectivités locales quant à elles ont été appelées à renforcer la sécurité des équipements recevant du public (particulièrement les écoles) et des événements qu’elles ou que les forces vives de leur territoire organisent (mobilisation d’agents de sécurité ; « barrièrage » des manifestations, etc.). Elles sont d’ailleurs parfois obligées de renoncer à certains rendez-vous traditionnels (braderie, troc et puces…) parce qu’il leur est impossible de garantir leur bon déroulement dans des conditions maximales de sécurité.


Les mauvaises surprises de la rentrée : la nouvelle politique départementale de tarification des transports scolaires

Septembre est toujours un mois moment mêlant appréhension et satisfaction pour les familles : les enfants rentrent à l’école, mais en même temps il faut régler l’ensemble des dépenses attenantes (frais de transports, inscriptions aux activités extra-scolaires, impôts…)…


L’agglomération Paris Vallée-de-la-Marne : des enjeux à débattre collectivement

Au 1er janvier 2016 naissait la nouvelle agglomération Paris Vallée-de-la-Marne réunissant les 3 anciennes intercommunalités de Marne et Chantereine, du Val Maubuée et de la Brie Francilienne. Au départ hautement souhaitée par certains, vilipendée par d’autres, elle trouve aujourd’hui son rythme de croisière.


Au département, une politique (encore et toujours) méprisante envers les familles, les élus et les structures associatives

Valse-hésitation de la majorité de droite sur les transports scolaires. Par voie de presse, les Seine et Marnais ont appris qu’une nouvelle fois, le président du département Jean-Jacques Barbaux modifiait les conditions tarifaires des transports scolaires. La majorité de droite avait décidé de supprimer la gratuité et de faire supporter aux familles des frais très importants.


Inondations en Seine et Marne : gestion d’une crise

La semaine dernière les inondations ont durement frappé la Seine-et-Marne, particulièrement les villes qui bordent le Loing, l’Yonne ou le Grand Morin : Nemours, Souppes sur Loing, Crécy la Chapelle… Ce sont en effet 220 communes seine-et-marnaises qui ont été touchées.


Vigilance sur les transports seine-et-marnais

Les transports constituent un enjeu fondamental en Seine et Marne, d’une part pour permettre aux habitants de se rendre sur leur lieu de travail dans des conditions décentes et des temps corrects, mais également pour favoriser l’attractivité de notre territoire et son développement économique. Pour autant, il reste difficile de se rendre de Champs sur Marne à Melun sans passer par Paris, comme il est compliqué d’aller à Pontault-Combault quand on habite Chelles par les transports collectifs. A ce titre, une politique ambitieuse et affirmée doit se dégager en Seine et Marne.


La Maison Départementale des Personnes Handicapées du 77 : une co-gestion menacée

Qu’est-ce que la MDPH, autrement dit la Maison Départementale des personnes handicapées ? Certains de nos concitoyens la connaissent bien, d’autres moins. La loi du 11 février 2005 a instauré le principe du guichet unique pour faciliter l’accès aux droits et prestations des personnes handicapées (aide à la scolarisation, prestation de compensation, carte d’invalidité…).


Réunion d'échanges sur la politique départementale

Julie Gobert et Vincent Eblé, conseillers départementaux de Seine-et-Marne, vous invitent pour en parler mardi 5 avril 2016 à 20h30, salle Jean Effel à Champs-sur-Marne.


La politique d’insertion socio-professionnelle : le grand flou artistique au sein du département

Sous l’égide de l’ancienne majorité départementale de gauche le conseil général de Seine-et-Marne avait demandé à l’Etat des comptes sur la compensation du transfert de charges que représentait le versement du RSA (Revenu de solidarité active). En effet, depuis 2004 et les réformes Raffarin, les départements versent les allocations sociales et l’Etat doit normalement compenser le montant des prestations, mais cette compensation a été figée. Aussi le mécanisme s’est-il détérioré avec la hausse des dépenses du RSA, estimée à environ 9 % à 10 % par an.


Budget départemental 2016 : les attaques portées à la jeunesse, aux sports et aux structures associatives

Même sous contraintes de baisse des dotations, tous les choix budgétaires sont politiques, en ce sens qu'une collectivité par la libre administration dont elle dispose peut actionner un levier plutôt qu'un autre (fiscalité, emprunt, refonte de son fonctionnement pour minimiser les coûts), focaliser son attention sur un secteur plutôt qu'un autre ou avoir une démarche globale de redéfinition de son action. Cette responsabilité politique que nous avons envers les habitants des territoires que nous représentons est importante.


La lutte contre les inégalités : l’emploi au 1er plan

En ce début d’année, plusieurs débats vont bon train : sur la prolongation de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité… Si le combat sur les valeurs et sur la démocratie que nous souhaitons s’avère particulièrement important et n’appartient pas qu’au gouvernement et aux législateurs, nous ne devons pas perdre de vue le reste.


Le débat d’orientations budgétaires au conseil départemental : à droite toute !

Depuis le début du mandat au sein du conseil départemental, la droite n’a eu de cesse de s’attaquer au pouvoir d’achat des Seine-et-Marnais et plus particulièrement celui des familles.


Au département, la politique prend le pas sur la lutte contre les inégalités territoriales

Après un hommage émouvant aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, le conseil départemental a étudié plusieurs dossiers conséquents, dont la décision modificative budgétaire n°2 et la nouvelle politique contractuelle à l’égard des territoires.


Un conseil régional de gauche qui a œuvré pour les Franciliens et pour nos territoires !

Bientôt se tiendront les élections régionales, les dimanche 6 et 13 décembre. Le conseil régional est une collectivité dont les compétences ont une incidence quotidienne sur nos vies, compétences qui ont été renforcées par la loi Notre (promulguée le 7/08/2015) afin de le rendre plus efficace dans ses actions en termes de formation professionnelle, de transports, de développement économique (responsabilité de la politique de soutien aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire), d’aménagement durable du territoire…


Au département, la politique de la droite rime avec ostracisme et pessimisme sans que se dessine un véritable projet pour les Seine-et-Marnais

Les hérauts de la droite majoritaire au département proclament à qui veut l’entendre que les difficultés budgétaires sont une grande nouveauté et qu’il faudra par conséquent s’attendre à l’abandon de dispositifs, d’actions et de soutiens aux associations, collectivités, etc. Sauf que si l’on y regarde de plus près, les choix à l’œuvre servent en grande partie des intérêts politiciens. Le tout dans une ambiance remplie d’un certain amateurisme (après avoir fait voter une augmentation des tarifs des repas dans les collèges en juin, la majorité est revenue dessus en septembre) et de pessimisme quant à l’avenir de notre pays et plus encore de notre département.


Signature du contrat de ville intercommunal du Val Maubuée : des engagements pour et avec les habitants

Le jeudi 10 septembre 2015, le Val Maubuée, ses élus et ses habitants recevaient le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner. Après la visite du quartier de l’Arche Guédon en pleine réhabilitation et des discussions impromptues avec des enfants, des jeunes et des habitants, le ministre a signé avec Paul Miguel, président de l’agglomération et les maires des villes le contrat de ville du Val Maubuée.


Au conseil départemental, la casse commence !

Depuis fin mars 2015, la majorité au sein du Conseil départemental est à droite. Lors de la séance du conseil le 26 juin 2015, elle a décidé de s’attaquer au pouvoir d’achat des Seine-et-Marnais et particulièrement à certains dispositifs dont les principaux bénéficiaires étaient les familles.


Le M2IE du Val Maubuée

L’inauguration de la Maison intercommunale de l’insertion et de l’emploi au Val Maubuée : un enjeu pour notre future agglomération.


Thuram n’est pas Blatter, n’en déplaise à notre président du conseil départemental !

Ce lundi matin 1er juin 2015, se tenait la commission permanente qui est composée de l’ensemble des conseillers départementaux ; elle règle les affaires courantes du département dans le cadre des délégations qu’elle a reçues, assurant ainsi la continuité des décisions.


Quand la représentativité démocratique et géographique est mise à mal au conseil départemental

Le groupe socialiste au sein du conseil départemental a choisi dès le début du mandat d’être une opposition active, constructive et proche du terrain. Cependant c’était sans compter sur les petits jeux de la majorité de droite, qui révèlent au mieux une certaine mesquinerie, au pire un mépris profond des citoyens et des territoires.


"La modernisation et la simplification administrative, c’est à côté de chez nous !"

Simplification administrative ? Nous en entendons parler souvent et parfois nous nous interrogerons sur sa réelle effectivité. Et pourtant elle en œuvre et se met progressivement en place pour faciliter l’accès aux droits et aux services publics. C’est la raison pour laquelle Thierry Mandon, Secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification, et Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat chargée de la famille, se sont rendus à la Caisse d’Allocations Familiales (C.A.F.) de Seine-et Marne située à Lognes, acteur incontournable de la vie des familles.


"La cité Descartes, parangon d’un territoire innovant"

Ces dernières semaines deux sites ont été inaugurés à la Cité Descartes, zone d’activités, regroupant des entreprises, des établissements d’enseignement supérieur et de recherche et des grandes écoles. Située sur la ville de Champs-sur-Marne, la Cité Descartes rayonne sur toute la Seine-et-Marne comme pôle universitaire de l’est parisien en lien étroit avec l’université Paris Est Créteil.


precedentsuivant
l'assemblée Me rejoindre
Newsletter


Les vidéos
Les photos